CINQ QUESTIONS À ANGE NGONDE MAMBAKASA

Le coordonnateur du REZODREPANO le docteur Ange Christian  NGONDE a été interviewé par le journal le potentiel sur le l’évolution du REZODREPANO et la prise en charge des drépanocytaires.

1. Le « Rezo Drepano SS », qu’est-ce et quels sont ses objectifs ?

Le « Rezo Drepano SS » est une plate-forme de la Société civile qui lutte contre la drépanocytose. Elle réunit en son sein 25 associations qui sont au chevet des drépanocytaires  et vivent au quotidien  le drame  de la réalité de la drépanocytose. Cette plate-forme mène sa lutte d’une manière concertée et fait en sorte que ses actions aient un impact visible.  Quant aux objectifs, il y en a essentiellement deux : sensibiliser l’opinion publique  aux méfaits de la drépanocytose  qui touche toute la population et soutenir les patients qui sont déjà atteints par une prise en charge  médicale  et psycho-sociale.

2. Comment appréciez-vous  le partenariat du « Rezo Drepano SS » avec le PNLCD (Programme national de lutte contre la drépanocytose) ?

Ce partenariat vient au beau  moment dans la mesure où le PNLCD  est une institution  de l’Etat. Et en tant que plate-forme, nous ne pouvons que cheminer ensemble pour  arriver à ne viser  que le bien-être  des  malades. En menant les actions de manière concertée, le malade peut  trouver son compte  en ce que nous faisons et bénéficier du bien-être  de la population congolaise et  de tous les efforts  fournis tant par le gouvernement  que les acteurs  non étatiques.

3. Maintenant que la prise en charge  médicale  des drépanocytaires devient une réalité avec la retenue  de 12 hôpitaux,  à travers les 4  districts  de la ville de Kinshasa, comment allez-vous vous y prendre ?

Nous allons évoluer  en trois phases : d’abord, la formation au sein  de ces hôpitaux  d’une équipe médicale  capable de prendre les urgences  des drépanocytaires  et leur suivi de routine.  Cette formation a lieu déjà. Ensuite, la sensibilisation, par les associations, autour de ces hôpitaux  pour que la prise en charge de routine  se fasse  dans de très bonnes conditions.

En troisième lieu, les cas les plus complexes  seront orientés vers les structures tertiaires, à savoir, l’hôpital  Mabanga, à Yolo Sud, dans la commune de Kalamu  et Monkole, à Mont-Ngafula, avec l’appui des Cliniques universitaires  pour  des consultations spécialisées. Les associations, elles, vont s’occuper  de la prise en charge psychosociale. Car la prise en charge des maladies chroniques comme la drépanocytose fait défaut. Cette étape sur laquelle  nous allons cheminer nécessite beaucoup de moyens.

4. Etes-vous confiant  de la manière  dont est actuellement menée  la lutte contre  l’éradication  de la drépanocytose ?

La  drépanocytose  étant une maladie  génétique,  son éradication  n’est pas pour aujourd’hui.  Nos actions son plutôt menées  pour en réduire  la prévalence et aussi l’incidence. Donc, il sera toujours difficile  de l’éradiquer au vrai sens  du mot. Mais, outre  la réduction  de la prévalence  et l’incidence,  nous pouvons également influer sur  l’amélioration  de la qualité  de vie des  drépanocytaires. Est-on satisfait ?  Pas encore.

Parce que réunir les hôpitaux  et assurer la formation du personnel médical  est une première  dans la lutte contre la  drépanocytose. Pour ce faire, nous avons besoin de l’appui, d’autant plus que tous les fonds  ne sont orientés que vers d’autres maladies, à savoir, le VIH/Sida, la tuberculose, le paludisme  etc. Jusqu’à ce jour, la drépanocytose  ne bénéficie d’aucun financement  tant au niveau national qu’international. 

Nous fonctionnons aujourd’hui par solidarité et la volonté  des individus concernés, de loin ou de près par cette maladie, et qui se cotisent. Donc, on sera satisfait lorsque l’opinion sera mobilisée  pour prendre en charge cette pathologie. Mais, à l’état actuel des choses, on ne l’est pas encore.

5. Que pensez-vous de la Croisade  nationale drépanocytose ?

Il faut saluer le travail qu’abat cette structure. Car, durant une année et demie de son existence,  la Croisade nationale drépanocytose (CND) a été d’un apport financier appréciable pour le « Rezo Drepano SS ».  Elle fait un effort  de lobbying  auprès  des hommes de bonne volonté  pour mobiliser  les fonds  pour qu’il y ait une prise en charge effective des drépanocytaires.

Les  fonds que mobilise la CND sont mis à la disposition  des chercheurs, médecins  pour  une prise en charge de qualité. Donc, nous saluons  à sa juste valeur,  le travail qu’abat la Croisade nationale drépanocytose.

Propos recueillis par Véron-Clément Kongo

(*) Médecin et président du Rezo Drepano SS   

source : http://lepotentielonline.com/site2/index.php?option=com_content&view=article&id=1865:cinq-questions-a-ange-ngonde-mambakasa&catid=99:5-questions-a&Itemid=512&lang=en

pnlcd cnd point focaux kinshasa rezodrepano rezodrepano_ss drépanocytose

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.