head>

 

Formation des points focaux dans les hôpitaux de référence de Kinshasa sur la prise en charge de proximité de la drépanocytose.

Formation des points focaux dans les hôpitaux de référence de Kinshasa sur la prise en charge de proximité de la drépanocytose.

La drépanocytose est  une maladie génétique et héréditaire encore mal connue dans notre société bien qu’elle touche 30% de la population dans notre pays.

Même dans nos différentes structures de santé, elle reste ignorée ou encore méconnue par le personnel soignant de ces diverses structures.

Le REZODREPANO SS (plateforme de la société civile en lutte contre la drépanocytose) a initié un projet  de mise en place des unités de prise en charge de proximité de la drépanocytose, appelées POINTS FOCAUX, au sein des hôpitaux de référence de la ville de Kinshasa.

En collaboration avec le Programme National de Lutte contre la Drépanocytose (PNLCD en sigle) et sous le haut patronage du gouvernorat provincial, une formation des personnels soignants de ces hôpitaux a été organisée durant la période allant du 29 juillet au 12 août 2013.

Au total treize hôpitaux et leurs zones de santé respectives ont été ciblés pour cette formation , sous la facilitation des intervenants provenant des structures outillées sur la drépanocytose à savoir PNLCD, CMASS, CH MONKOLE, CUK et REZODREPANO. Pour chaque hôpital, nous avons retenus un médecin, un technicien de laboratoire et deux infirmiers. Et dans chaque zone de santé, ont été intéressés : le médecin chef de zone, l’infirmier superviseur, l’assistant communautaire et 10 relais communautaires.

      1. CIBLE

Treize Hôpitaux et Quatorze Zones de santé ont bénéficiés de cette formation, il s’agit de :

  • Hôpitaux :
    1. Centre DreamàBibwa dans la commune de Nsele
    1. Centre hospitalier de Kingasani
    2. Centre hospitalier de Mokali
    3. Centre hospitalier du Mont Amba
    4. Centre hospitalier Roi Baudouin
    5. Centre Mère et Enfant de Ngaba
    6. Hôpital Général de Référence de Kinkole
    7. Hôpital Général de Référence de Kitambo
    8. Hôpital Général de Référence de Makala
    9. Hôpital Général de Référence de Matete
    10. Hôpital Général Provincial de Référence de Kinshasa
    11. Hôpital Pédiatrique de Kalembelembe
    12. Hôpital Sino-Congolaise de NDjili
  • Zones de santé
    1. Zone de santéde Biyela
    1. Zone de santéde Gombe
    2. Zone de santéde Kalamu
    3. Zone de santéde Kimbanseke
    4. Zone de santéde Kingasani
    5. Zone de santéde Kitambo
    6. Zone de santéde Lemba
    7. Zone de santéde Lingwala
    8. Zone de santéde Masina
    9. Zone de santéde Matete
    10. Zone de Santéde NDjili
    11. Zone de santéde Ngaba
    12. Zone de santéde NSele
    13. Zone de santéde Selembao
      1. Compte Rendu

La formation s’est déroulée en quatre sessions adaptée aux corporations ciblées, à savoir :

-La session 1 a réuni les médecins des hôpitaux ainsi que les médecins chefs de leur Zone de santé.

-La session 2 a réuni les techniciens de laboratoire.

-La session 3 a réuni les infirmiers des hôpitaux ciblés et les infirmiers superviseurs de chacune de ces zones de santé.

-La session 4 a réuni les relais communautaires de ces différentes zones de santé ciblées ainsi que leurs assistants communautaires.

II.1.  Session de Formation pour les médecins

 Du 29 au 31 juillet 2013, 27 médecins ont été formés sur la prise en charge de proximité de la drépanocytose ; en deux sites au CNTS et au CMASS. Avec comme particularité le 1er jour, la cérémonie du lancement officiel de la formation par le ministre provincial de la santé publique de la ville de Kinshasa, en présence des médecins directeurs des hôpitaux cibles, le directeur du Programme national de sécurité sanguine, le Médecin inspecteur provincial et d’autres invités pour la circonstance.

 Jour I : 29 juillet 2013 au centre national de transfusion sanguine(CNTS)

 -Heure : 11h 00’à 16h30’.

-Participants : une centaine durant la cérémonie protocolaire du ministre et 49 personnes à la formation proprement dite, notamment :

    • 12 personnes du PNLCD
    • 7 personnes du ReZoDrepano
    • 27 médecins des hôpitaux ciblés
    • 2 Facilitateurs

-Modération :Dr MATADI Bibiche (PNLCD).

-Facilitation 

Intervention 1 : « les généralités de la drépanocytose » par Dr NZAMBI MPUNGU LEOPOLD, Directeur National Adjoint PNLCD.

Intervention 2 : « La physiopathologie de la drépanocytose » par le Professeur NGIYULU Réne, Département de Pédiatrie des cliniques universitaires de Kinshasa.

Intervention 3 : « la prise en charge des urgences drépanocytaires chez l’enfant » par Dr Budiongo Aléine, Département de Pédiatrie aux C.U.K.

-Questions posées :

  • Quels sont les différents tests pour le diagnostic de la drépanocytose ?
  • Comment le PNLCD peut-il nous aider àfaire la prévention primaire ?
  • Que faut-il faire aprèsla transfusion ?
  • Quen est-il dune splénomégalie chez un enfant avec un ventre ballonné ?
  • Quels sont les mécanismes des AVC chez les drépanocytaires ainsi que la prévalence des épilepsies chez les enfants ?

- Recommandations : les participants à cette première journée ont formulés quelques recommandations pour mener le projet à bon port notamment celui de ne pas limiter la formation à un seul médecin pour chaque hôpital

  • Jour II : 30 juillet 2013 au Centre de médecine mixte de lanémie SS(CMMASS)

-Heure : 10h30’-16h15’

-Modération :Dr MATADI Bibiche (PNLCD)

-Participants : 38 personnes à la formation proprement dite, notamment :

    • 6 personnes du PNLCD
    • 4 personnes du REZODREPANO
    • 24 médecins des hôpitaux ciblés
    • 2 Facilitateurs

-Facilitation                                                                                                                                               Intervention 1 : « La prise en charge des urgences drépanocytaires chez l’adulte et  échange transfusionnel » par Dr Ange NGONDE/ReZo Drepano.

Intervention 2 : « La prise en charge proprement dite de la femme enceinte drépanocytaire » par Dr Bibiche MATADI /PNLCD.

-Questions posées :

    • Quel est le plateau technique de la prise en charge ?    
    • Quelle Attitude en cas de crise vaso-occlusive chez une femme enceinte drépanocytaire pendant son travail daccouchement ?

-Recommandation : La plénière a proposé que l’expertise du Dr MIKOBI soit mise à profit au cours des prochaines séances de travail afin d’approfondir le sujet sur la prise en charge de la femme enceinte drépanocytaire ;

  • Jour III : 31 juillet 2013 au CMMASS

-Heure : 13h10’-15h35’

-Modération :Mr LUKUSA Pitchou(PNLCD)

-Participants : 35 personnes à la formation proprement dite, notamment :

  • 5 personnes du PNLCD
  • 4 personnes du ReZoDrepano
  • 24 médecins des hôpitaux ciblés
  • 2 Facilitateurs

-Facilitation

Intervention1 « Suivi de routine du drépanocytaire »par Dr Ange NGONDE RezoDrépano ;

Intervention2 : « Normes et directives au niveau des structures de références » par Dr Emery SHANDENDE, PNLCD ;

-Questions posées :

    • But de RDV selon âge?
    • Quelle attitude prendre sil faut élaborer une aptitude physique chez les Drépanocytaires ?
    • Quelle est la limite dun centre de santépour transférer ?
    • Pour ce qui concerne le bilan, il faut dabord le Test dEmmel avant lélectrophorès?
    • Quelle est la place du Sérum Physiologique dans la réhydratation chez un drépanocytaire ?

-Recommandations : Les rapports des activités des points focaux doivent être certifiés par les médecins chef de zone avant d’être transmis aux partenaires.

 II.2.  Session de formation pour techniciens de laboratoire

Du 02 au 03 juillet 2013, 11 techniciens de laboratoire  ont été formés sur la pratique des tests de dépistage, en urgence et de routine dans la prise en charge de la drépanocytose,  aussi en deux sites au CMASS  et au HGR de Makala.

  • Jour I : 02 août 2013 au CMMASS

-Heure début et fin : 10H 30’-15h00’

-Participants : 17 personnes à la formation proprement dite, notamment :

  • 4 personnes du PNLCD
  • 2 personnes du ReZoDrepano
  • 9laborantins bénéficiaires
  • 2 Facilitateurs

-Modération : LUKISA Pitshou PNLCD

-Facilitation

 Intervention1 : « Généralités sur la drépanocytose » par Dr Maurice KALONJI MD adj. CMMASS ;

Intervention2 : « Immuno-hématologie : Phénotypage élargi et RAI. Particularité africaine » par le Dr Beya des CUK, service de biologie clinique.

-Questions posées :

  • Quelle est la différence entre thalassémie et hémoglobine ?
  • Comment un technicien de laboratoire doit-il répondre àun examen en rapport avec le frottis mince ?
  • En quoi liso focalisation diffère-t-elle àlélectrophorès?
  • Quel est le temps de concentration dans la préparation du méta-bisulfite ?
  • Après lavage des hématies, quelle quantitédeau doit-on ajouté ? 

-Recommandations :

  1. Les organisateurs doivent avoir le respect de lheure
  2. Intensifier les formations pour que tout le monde aie accèsàlinformation concernant la drépanocytose
  3. Equiper les hôpitaux de proximités ciblés des matériaux de laboratoire
  • Jour II : 0 3 août 2013 a lHGR Makala

-Heure début et fin : 10H 05’-14h00’

-Participants : 20 personnes à la formation proprement dite, notamment :

  • 4 personnes du PNLCD
  • 3 personnes du ReZoDrepano
  • 11laborantins bénéficiaires
  • 2 Facilitateurs

-Modération : SHANDENDE Emery PNLCD

-Facilitation :

Intervention 1 : «  Méthode de dépistage de l’hémoglobine S » : Jerry MUKOKO, Pafoved- Cefa-Monkole

Intervention 2 : « suivi de routine de la drépanocytose » par Dr Ange NGONDE, REZODREPANO

Intervention 3 : « Normes et directives au niveau des structures de références » par  SHANDENDE Emery, PNLCD

-Questions posées:

    • Comment peut-on apprécier le résultat du test dEmmel ?
    • Entre le test dEmmelàeau physiologique et au méta-bisulfite, quel est le plus sensible ?
    • Pourquoi dit-on que la méthode de protéinurie àla bandelette est la plus importante ?
    • En cas de transfusion sanguine que préconisez-vous concernant le donneur ou la banque de sang ?

-Recommandation : l’organisation d’une séance pratique sur les différents tests de dépistage et de suivi de routine de la drépanocytose

 II.3.   Formations des infirmiers

Du 05 au 07 août 2013, 36 infirmiers ont été formés sur la prise en charge de la drépanocytose en urgence et en routine au CMASS.

  • Jour I : 0 5 août 2013 au CMMASS

-Heure début et fin : 10H 20’-15h10’

- Participants : 43 personnes cette formation notamment : 

    • PNLCD : 4
    • REZO DREPANO : 2
    • Bénéficiaires : 35
    • Facilitateurs : 2

-Modération : LUKISA Pitshou PNLCD

-Facilitations

Intervention 1 : « La prise en charge de la drépanocytose » par le Dr BUDIONGO Aléine du département de pédiatrie aux cliniques universitaires.

Intervention 2 : « CAT dans la prise en charge de la drépanocytose » par Dr MATADY Bibiche, PNLCD

-Questions posées

    • Comment reconnaitre avec précision la crise vaso-occlusive chez les drépanocytaires ?
    • Quest-ce qui provoque le syndrome mains-pieds ?
    • Est-ce les drépanocytaires atteignent lâge de 30ans ?
    • Quel est le mécanisme de la splénomégalie ?
    • Comment expliquez-vous lénurésie chez les drépanocytaires ?
    • Une personne du groupe o+ peut être drépanocytaire ou transmettre la drépanocytose ?

-Recommandations

    1. Faire connaitre la drépanocytose àtoutes les institutions sanitaires pour améliorer sa prise en charge.
    2. Organiser des telles formations àtous les niveaux
  • Jour II : 06 août 2013 au CMMASS

-Heure début et fin : 10H 25’-14h06’

-Participants : 42 personnes cette formation notamment  

    • PNLCD : 3
    • ReZoDrepano : 2
    • Bénéficiaires : 36
    • Facilitateur : 1

-Modération : MATADY Bibiche PNLCD

-Facilitations

Intervention1 :« Visite de suivi des drépanocytaires sur terrain et prélèvement sur papier buvard et accompagnement psychosocial des drépanocytaires durant l’hospitalisation »  par MANKAND Gisèle (infirmière au Cefa/Monkole)

 

-Questions posées

    • Peut-on déconseiller le divorce chez les sujets àrisque ?
    • Quels sont les rôles de linfirmier face aux  drépanocytaires hospitalisé?

 

-Recommandations

    1. Le gouvernement doit aider les drépanocytaires
    2. Il doit aussi organiser le dépistage gratuit àlécole primaire

 

  • Jour III : 07 août 2013 au CMMASS

-Heure début et fin : 10H 35’-14h30’

-Participants : 45 personnes cette formation notamment :  

    1. PNLCD : 6
    2. Rezo : 2
    3. Infirmiers bénéficiaires : 35
    4. Facilitateurs : 2

-Modération : LUKISA Pitshou PNLCD

-Facilitations

Intervention 1 « Suivi hors crise de la drépanocytose » par Dr Ange NGONDE, ReZo Drepano

Intervention 2 : « Norme de prise en charge de la drépanocytose à l’HGPRK » par Pitchou LUKISA/PNLCD

 

-Questions

    • Est-il permis au drépanocytaires de prendre des éléments riches en fer ?
    • Comment peut-on justifier le refus de transfusion chez un polytransfusé ?
    • Pourquoi àun drépanocytaire, on interdit de prendre de laspirine ?
    • Quest-ce qui provoque le priapisme chez le drépanocytaire ?

 

-Recommandations

    1. Le gouvernement doit créer des centres de prises en charge de la drépanocytose sur toute létendue de la république 
    2. Il doit renforcer laction éducatrice de façon àatteindre médiatiquement tous les drépanocytaires
    3. Soutenir les activités de dépistage
    4. Venir en aide aux parents des drépanocytaires

 

II.4. Session de formation pour Relais communautaires

 

Vu le nombre pléthorique des participants, nous avons repartit la formation en 4 pools à raison d’un jour pour chaque pool.

 

  • Jour I : 08 août 2013 au CMMASS

-Heure début et fin : 10h20’-13h45’

-Participations : 45 personnes

  • PNLCD : 3
  • ReZoDrepano : 3
  • Bénéficiaires : 37
  • Facilitateurs : 2

Le pool I a réuni  3 zones de santé, à savoir :

  • ZS/NSele
  • ZS/ Kingasani
  • ZS /Masina

- Modération : Christophe ONGALA/PNLCD

-Facilitations

Intervention 1 : « Les généralités sur la drépanocytose » par LUKISA Pitshou, infirmier PNLCD

Intervention 2 : « Le suivi des drépanocytaires par les relais communautaires » par Mr MASUMBU Jean Pierre, infirmier REZODREPANO SS

 

-Questions posées

  • Quels types dalimentation peut-on donner aux drépanocytaires ?
  • Pourquoi les drépanocytaires doivent éviter  de consommer les légumes ?
  • Pourquoi il y a différence dans la durée de globules rouges chez les drépanocytaires de 10à12 jours ou de 15 à20 jours ?
  • La durée des globules rouges signifie quils ne durent pas malgréles différences provenant des chercheurs ? fions nous au résultat final des globules rouges qui sont en cours ?
  • Que prévoit lEtat congolais pour laménagement des laboratoires ?
  • Comment se fait laccouchement chez une drépanocytaire ?
  • Quelle est la durée de vie du drépanocytaire ?
  • Si lenfant fait de la fièvre la nuit, que faire ?
  • Oùpeut-on faire lélectrophorèse de lhémoglobine ?
  • Quelles précautions doit-on prendre pendant laccouchement dune drépanocytaire?

 

-Recommandations

  1. Le gouvernement est appeléàorganiser les campagnes de sensibilisation pour le dépistage gratuit
  2. Mettre en place des foyers de sensibilisation pour réduire les mariages àrisques et àtrès haut risque.

 

 

  • Jour II : 09 août 2013

-Heure début et fin : 9h00’ à 12h45’

-Participants : 57 participants

    • PNLCD : 3
    • REZODREPANO : 3
    • Bénéficiaires : 48
    • Facilitateurs : 2

Le pool II a rassemblé 4 zones de santé, il s’agit de :

    • ZS/NDjili
    • ZS / Matete
    • ZS/ Kimbanseke
    • ZS/Biyela

-Modération : Christophe ONGALA, infirmier PNLCD

-Facilitations

Intervention 1 : « Les généralités sur la drépanocytose » par Dr MATADY Bibiche, PNLCD

Intervention 2 : « Le suivi des drépanocytaires par les relais communautaires » par Mr MASUMBU Jean Pierre, infirmier REZODREPANO SS

 

-Questions

Voici les  questions posées par l’assistance :

    • Les hôpitaux de référence sont-ils informés et dotés des moyens pour la prise en charge ?
    • Oùpeut-on faire lélectrophorèse de lhémoglobine ?
    • Y a-t-il moyen déliminer les globules rouges déformé?
    • Comment peut-on définir la drépanocytose en terme simple pour la communauté ?

 

-Recommandations : Multiplier les plaidoyers auprès de l’Etat congolais pour qu’il mette sur pied les campagnes de sensibilisation et les dépistages volontaires gratuits.

 

  • Jour III : 10 août 2013

-Heure début et fin : 9h30’-12h30’

-Participants : 52 personnes dont :

    • PNLCD : 5
    • REZODREPANO : 6
    • Bénéficiaires : 39
    • Facilitateur: 2

Total : 52

Le pool III a réuni les zones de santé ci-après :

    • ZS/Ngaba
    • ZS/Kalamu
    • ZS/Lemba

 

-Modération : Christophe ONGALA

-Facilitations

Intervention 1 : « Les généralités sur la drépanocytose » par Dr SHANDENDE Emery, PNLCD

Intervention 2 : « Le suivi des drépanocytaires par les relais communautaires » par Dr KAPEPULA Jean Claude, ReZo Drepano SS

-Questions

Nous vous présentons ci-dessous les questions posées :

    • Quelle est la durée de vie dune drépanocytaire ?
    • Pourquoi certaines crises débutent-elles en retard ?
    • Pourquoi y a-t-il des différences morphologiques chez les drépanocytaires ?
    • Lhémoglobine S ayant la forme dune banane, est-il interdit aux drépanocytaires de manger les bananes pour éviter les crises ?
    • Pourquoi certaines personnes quil y a des AS avec le S dominant ?

 

-Recommandations

    1. Sensibiliser la population sur la prise en charge des drépanocytaires et leur intégration dans la société
    2. Militer pour les sensibilisations de grande envergure et le dépistage

Volontaire gratuit.

 

 

  • Jour IV : 12 août 2013

-Heure début et fin :

-Participants : Total : 56 personnes

  • PNLCD : 4
  • ReZo : 3
  • Bénéficiaires : 47
  • Facilitateur: 2

Le pool IV a rassemblé 4 zones de santé, a savoir :

  • ZS/Kitambo
  • ZS/Gombe
  • ZS/Selembao
  • ZS/Lingwala

 

-Modération : Christophe Ongala

-Facilitations

Intervention 1 : « Les généralités sur la drépanocytose » par Dr SHANDENDE Emery, infirmier PNLCD

Intervention 2 : « Le suivi des drépanocytaires par les relais communautaires » par Dr KAPEPULA Jean Claude, REZODREPANO SS

 

-Questions

    • Une personne qui maigrit et ses doigts se courbent, a-t-elle lanémie SS ?
    • A partir de quel âge peut-on voir les signes cliniques de lanémie SS ?
    • Peut-on remplacer la prise de leau par celle du thé ?
    • Comment les RECO vont-ils travailler avec les associations ?
    • Oùpeut-on soigner les drépanocytaires ?
    • Oùpouvons-nous trouver les associations de lutte contre la drépanocytose ?
    • Un drépanocytaire peut-il rester dans une salle climatisé?
    • Comment peut-on détecter les signes AS ?

 

Recommandations

 

  1. Lapport de lEtat est souhaité, étant donné que le gouvernement a déjà reconnu la drépanocytose comme problème de santé publique et a créer un programme de lutte contre la drépanocytose, il doit associer les associations pour une forte vulgarisation
  2. Multipliez les formations et les descentes sur terrain pour une forte sensibilisation

 

III CONCLUSION

 

A la fin des formations, nous avons enregistrés une participation massive tant dans le chef des organisateurs que des bénéficiaires.

Au total, 516 ont été présentes aux différentes formations dont 78 médecins, 20 techniciens de laboratoire, 106 infirmiers et 159 relais communautaires.

Concernant les bénéficiaires : 26 médecins, 11 laborantins, 36 infirmiers et 159 relais communautaire

Commentaires (1)

Cortney
  • 1. Cortney (site web) | mardi, 24 octobre 2017
It's very easy to find out any matter on net as compared to textbooks, as I found this article at this website.

Ajouter un commentaire